Bristol-Myers Squibb : nos axes de recherche prioritaires

axes de recherche

En consacrant un tiers de son chiffre d’affaires global à la recherche et développement, Bristol-Myers Squibb est très actif dans l'innovation afin d'aider les patients à combattre les pathologies graves. La stratégie du groupe : se concentrer sur les axes prioritaires de santé publique pour lesquels les besoins médicaux demeurent non satisfaits. Parmi eux :

Focus sur la recherche en oncologie et l’immuno-oncologie

Le cancer, un enjeu majeur de santé publique

Avec environ 150 000 décès par an en France, le cancer demeure un problème de santé publique majeur. Il est en effet la première cause de mortalité chez l’homme et la deuxième chez la femme. Considéré comme l’un des axes prioritaires de la politique nationale française, les efforts pour lutter contre cet ensemble de pathologies se multiplient et ont donné lieu à une série de « plans cancer » visant notamment à guérir les patients, mais également à accompagner les malades et leurs proches dans leur combat contre la maladie1.

Bristol-Myers Squibb : un acteur expert et engagé en oncologie

Engagé depuis près de 50 ans dans ce domaine, Bristol-Myers Squibb est devenu un expert de la prise en charge du cancer. L’entreprise investit une part très importante de sa recherche en oncologie : en 2015, 68 % des études cliniques, réalisées par la filiale française, y étaient dédiées. Au total, environ 15 molécules sont actuellement à l’étude dans le traitement notamment du mélanome, du cancer du poumon, du rein, du foie, de la vessie, de la tête et du cou, du myélome, du glioblastome et du lymphome.

Bristol-Myers Squibb : pionnier de la recherche en immuno-oncologie

immuno-oncologie

Au-delà des traitements conventionnels, l’immuno-oncologie représente l’une des voies les plus prometteuses pour vaincre le cancer. Cette nouvelle approche a pour objectif de restaurer et de stimuler le système immunitaire du patient, pour lui permettre de détruire la tumeur. Engagée depuis 15 ans dans la recherche en immuno-oncologie, Bristol-Myers Squibb a été pionnier en ouvrant la voie de ces nouvelles thérapies, aboutissant à la mise sur le marché du tout premier médicament d’immuno-oncologie indiqué dans le traitement du mélanome en juillet 2011. Depuis, une deuxième molécule indiquée dans le traitement du cancer du poumon et du mélanome a reçu une autorisation de mise sur le marché.

En janvier 2016, neuf molécules étaient à l’étude dans ce domaine, avec un médicament actuellement en cours d’évaluation par les autorités de santé compétentes dans le traitement du myélome multiple. L’immuno-oncologie est un axe crucial de recherche pour Bristol-Myers Squibb.
Bristol-Myers Squibb cherche par ailleurs à renforcer la recherche publique française grâce à la création d'une "Fondation d’Entreprise pour la Recherche en Immuno-Oncologie" qui a notamment pour vocation de soutenir la recherche dans quatre domaines principaux : recherche fondamentale, clinique, translationelle, parcours de soins, avec un focus particulier sur l'onco-pédiatrie.

Focus sur la recherche en immunoscience

Les maladies auto-immunes représentent également un enjeu de santé publique important, avec une incidence élevée et une prévalence en augmentation croissante2. Bristol-Myers Squibb s’est engagé dans la prise en charge des maladies auto-immunes et commercialise deux médicaments indiqués dans ces pathologies. L’investissement de l’entreprise dans la recherche en immunoscience représente une part importante de son développement, avec 15 % des études cliniques réalisées par la filiale France dédiées à ce domaine.

Un investissement payant, puisqu’en janvier 2016 huit molécules étaient en cours de développement dans plusieurs pathologies auto-immunes : arthrite psoriasique, polyarthrite rhumatoïde, lupus néphritique, lupus érythémateux systémique, sepsis, syndrome de Sjögren, maladies inflammatoires chroniques de l’intestin…

Focus sur la recherche en cardiologie

Les maladies cardiovasculaires recouvrent un ensemble diversifié de maladies fréquentes et graves, et représentent la deuxième cause de mortalité en France, après le cancer3. L’amélioration de la prise en charge des pathologies cardiovasculaires est donc également devenue centrale au niveau des politiques de santé publique.

En effet, la diminution de la mortalité liée aux cardiopathies ischémiques, aux thromboses veineuses profondes et à l’insuffisance cardiaque, ainsi que la réduction de la fréquence et de la sévérité des séquelles fonctionnelles des accidents vasculaires cérébraux comptent parmi les principaux objectifs du rapport annexé à la loi relative à la politique de santé publique du 9 août 20044 .

Bristol-Myers Squibb est engagé dans la prise en charge des maladies cardiovasculaires depuis 1977. En 2015, 6 % des études cliniques réalisées par la filiale France étaient dédiées à ce type de pathologies. A l’heure actuelle, le groupe développe cinq molécules en cardiologie, dans l’insuffisance cardiaque, la thrombose, la fibrillation atriale et la prévention des accidents vasculaires cérébraux. Bristol-Myers Squibb est aujourd’hui un acteur majeur de l’anticoagulation avec la mise à disposition d’une molécule appartenant à une nouvelle classe thérapeutique : les nouveaux anticoagulants oraux (NOAC). Ces innovations sont possibles grâce aux partenariats et acquisition récentes, comme le rachat d’une société de biotechnologie permettant à une molécule (donneur de nitroxyl) de rejoindre les molécules en développement du groupe, ou encore le partenariat avec l’entreprise de génithérapie UniQure, impliquée dans la recherche contre l’insuffisance cardiaque.

Focus sur la recherche en virologie

Les hépatites B et C sont considérées en France comme des enjeux majeurs de santé publique. Les plans de lutte contre ces maladies se succèdent en France depuis 1999, afin de réduire la transmission du virus et d’améliorer la prise en charge des patients atteints d’hépatite virale chronique5.

A l’heure actuelle, la prévalence de ces pathologies reste importante et les besoins médicaux substantiels. En effet, en France, entre 200 000 et 300 000 personnes présenteraient une infection chronique probable par le virus de l’hépatite B ou de l’hépatite C6.

Le virus de l’Immunodéficience acquise (VIH) reste également une préoccupation majeure à l’échelle mondiale et nationale. Bien que les associations d’antirétroviraux disponibles depuis 1996 aient permis d’augmenter considérablement l’espérance de vie des personnes infectées par ce virus, plus de 150 000 personnes vivaient avec le VIH en France en 20097.

Bristol-Myers Squibb s’est engagé dans la prise en charge des maladies infectieuses depuis près de 30 ans, et a permis la mise à disposition de plusieurs molécules innovantes ayant fait évoluer la prise en charge du VIH (trithérapies, inhibiteurs, etc.) puis des hépatites B et C. Le groupe Bristol-Myers Squibb a même récemment mis sur le marché un médicament capable de guérir virologiquement les patients atteints d’hépatite C.

En 2015, 13 % des études cliniques réalisées par la filiale France étaient dédiées au développement de six molécules dans ce domaine.

Focus sur la recherche dans les maladies génétiques et la fibrose

La prise en charge des maladies rares est également un axe stratégique dans la R&D de Bristol-Myers Squibb.

Fortement engagées dans ce domaine, les équipes de recherche du groupe développent plusieurs molécules, actuellement à l’étude à un stade précoce : cinq molécules dans le traitement de la fibrose (fibrose pulmonaire et fibrose hépatique) et deux dans des maladies génétiques rares (dystrophie musculaire de Duchenne, paralysie supranucléaire progressive).

________________________

Sources

1 e-cancer, consulté le 03/03/2016
2 INSERM, consulté le 03/03/2016
3 Institut National de Veille Sanitaire (INVS), consulté le 03/03/2016
4 Institut National de Veille Sanitaire (INVS), consulté le 03/03/2016
5 Institut National de Veille Sanitaire (INVS), consulté le 03/03/2016
6 Institut National de Veille Sanitaire (INVS), consulté le 03/03/2016
7 Institut National de Veille Sanitaire (INVS), consulté le 03/03/2016
____________________________