Retour sur les actualités présentées par
Bristol-Myers Squibb



À l’occasion du congrès annuel de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO) qui s’est déroulé du 2 au 6 juin 2017 à Chicago, Bristol-Myers Squibb a présenté ses dernières avancées dans le domaine de l’immuno-oncologie.

L'ASCO est un congrès d'envergure internationale qui rassemble les plus grands spécialistes de la cancérologie au monde. Cette année encore, ce sont plus de 30 000 professionnels de l'oncologie qui se sont réunis pour échanger sur la prise en charge du cancer, présenter les grandes actualités scientifiques dans le domaine et découvrir les nouvelles thérapies.

Bristol-Myers Squibb, pionnier dans le domaine de l’immuno-oncologie, a ainsi révélé des données encourageantes relatives à ses molécules d'immunothérapie. Ces données concernaient des molécules seules ou en association dans différents types de cancers tels que le mélanome, les cancers gynécologiques, le cancer colorectal et plus particulièrement dans le cancer de la plèvre (mésothéliome).

Dans ce dernier, des données prometteuses ont été présentées par L’Intergroupe Francophone de Cancérologie Thoracique (IFCT) dans le cadre d’une étude clinique menée en France impliquant des molécules d’immunothérapie de Bristol-Myers Squibb. Le mésothéliome pleural malin est la plus fréquente des tumeurs primitives de la plèvre. Elle se caractérise par une multiplication des cellules cancéreuses dans le tissu constituant la plèvre (membrane qui enveloppe les poumons). Plus de 80 % des cas de mésothéliome sont dus à une exposition à l’amiante ayant pu survenir plusieurs dizaines d’années avant le développement de la maladie1. Dans la majorité des cas, le diagnostic de mésothéliome pleural malin n’est posé que tardivement, car les manifestations cliniques sont peu spécifiques et ne surviennent qu’à un stade avancé. Le pronostic du mésothéliome pleural est parmi les plus sombres de tous les cancers2. Ces nouvelles données encourageantes représentent donc un nouvel espoir pour de nombreux patients qui n’avaient plus d’option thérapeutique.

___________

Sources

1Chérié-Challine L, Imbernon E. Déclaration obligatoire des mésothéliomes. Résultats de la phase pilote et recommandations pour le déploiement. Saint-Maurice: Institut de veille sanitaire; 2012. 85 p.
2Amiante et mésothéliome pleural malin : État des connaissances en date du 19 janvier 2012. Collection Fiches Repères, INCa