Mieux comprendre la leucémie myéloïde chronique

Qu’est-ce que la leucémie myéloïde chronique ?

Une leucémie est un cancer qui affecte les cellules sanguines. Il existe différents types de leucémies en fonction des cellules touchées. Le terme « myéloïde » signifie que les cellules myéloïdes sont impliquées. Ce sont des cellules immatures qui donnent naissance aux globules rouges, globules blancs et plaquettes. On dit que la leucémie est chronique car elle progresse lentement et de façon graduelle. En cas de leucémie myéloïde chronique ou LMC , la moelle osseuse produit beaucoup trop de cellules sanguines immatures, ce qui provoque diverses conséquences parmi lesquelles :

  • une diminution des globules rouges, dont le rôle dans le transport de l’oxygène est essentiel
  • une diminution du nombre de plaquettes, qui jouent un rôle crucial en cas de saignement

La LMC évolue par phases, caractérisées par le pourcentage de cellules immatures contenues dans la moelle osseuse. Plus ce pourcentage est élevé, plus la maladie est à un stade avancé.

On distingue la phase chronique, la phase d’accélération et la phase blastique, cette dernière étant la phase la plus avancée. La majorité des patients sont diagnostiqués durant la phase chronique.

Les recherches scientifiques ont montré que la LMC était due à une anomalie génétique spécifique qui se produit dans les cellules souches du sang. Cette anomalie, appelée translocation, est un échange anormal de matériel génétique entre deux chromosomes. Ainsi, des gènes du chromosome 9 sont échangés avec des gènes du chromosome 22, entrainant le développement d’un chromosome 22 anormal, appelé chromosome Philadelphie. Le chromosome de Philadelphie peut être détecté chez environ 95 % des patients souffrant de LMC. Ce dernier contient un code génétique entraînant un dysfonctionnement d’une enzyme tyrosine kinase, qui conduit à un comportement anormal des cellules touchées.

Quelles sont les options de traitement ?

Le traitement de la LMC1 diffère en fonction du stade de la maladie.

  • Traitement de la phase chronique de la LMC
    Le traitement initial des patients atteints de LMC en phase chronique comporte généralement un inhibiteur de l’enzyme tyrosine kinase mutée. Ce traitement permet d’éviter, dans la plupart des cas, la rechute et la progression de la maladie.

     

  • Traitement de la phase d’accélération et de la phase blastique de la LMC
    Pour les patients en phase d’accélération ou phase blastique, la greffe de moelle osseuse allogénique est souvent envisagée. Cette transplantation consiste dans un premier temps à détruire les cellules souches de la moelle osseuse du patient à l’aide d’une chimiothérapie ou d’une radiothérapie.
    Dans un deuxième temps, les cellules souches de moelle osseuse d’un donneur sont transférées dans le corps du patient. Les globules blancs, les globules rouges et les plaquettes du patient sont alors remplacées par les cellules du donneur.

La leucémie myéloïde chronique au quotidien

Aujourd’hui, les patients atteints de LMC ont besoin d’un traitement au long cours comme un inhibiteur de tyrosine kinase, par exemple, et d’un suivi régulier1.

Chiffres clés de la leucémie myéloïde chronique en Europe1 :

  • nombre de nouveaux cas/an : 1 à 2 nouveaux cas dépistés pour 100 000 personnes
  • cette pathologie représente environ 15 à 20 % de toutes les formes de leucémie
  • âge médian des patients atteints de LMC = environ 60 ans

________________________

Sources

1 Données 2012. Fond anticancer & ESMO- Guide pour les patients – qu’est-ce que la leucémie myéloïde chronique ? consulté le 14/03/2016
____________________________