Hématologie : combattre les hémopathies malignes, responsables d’un nouveau cas de cancer sur dix

hématologie

Avec environ 35 000 cas recensés chaque année en France, les hémopathies malignes représentent 1/10ème des nouveaux cas de cancer, rendant la prise en charge de ces pathologies un enjeu de santé publique majeur1. Les hémopathies malignes regroupent tous les cancers ayant pour origine les cellules sanguines.

Les plus fréquentes, représentant plus de la moitié des nouveaux cas, sont le myélome multiple, la leucémie myéloïde chronique, le lymphome diffus à grandes cellules B et les syndromes myélodysplasiques. Ces maladies touchent principalement les personnes âgées, puisque plus de la moitié de ces pathologies surviennent chez des patients de plus de 60 ans1.

Une incidence qui ne cesse d’augmenter

Le nombre de cas de la plupart des hémopathies malignes a augmenté ces dernières années. Trois hypothèses sont avancées pour expliquer cette évolution : l’amélioration des techniques de diagnostic, le vieillissement de la population, et l’exposition à certains facteurs de risque qui restent encore à déterminer1.

Des résultats prometteurs dans la prise en charge de certaines hémopathies malignes1

La survie des patients est très variable en fonction du sous-type d’hémopathie maligne considéré.

En effet, parmi les 4 sous-types les plus fréquents en termes d’incidence, la survie nette à 10 ans varie d’environ 21 % (pour le myélome multiple et les syndromes myélodysplasiques) à environ 55 % (pour la leucémie myéloïde chronique).

La prise en charge de plusieurs hémopathies malignes a récemment pu bénéficier de grandes avancées médicales avec l’avènement des nouvelles chimiothérapies et des traitements ciblés, ce qui a permis d’allonger considérablement la survie chez certains patients.

L’innovation est continue dans ce domaine afin de faire avancer la recherche. L'immuno-oncologie constitue aujourd’hui une nouvelle approche thérapeutique à l'étude dans certains types d'hémopathies.

________________________

Sources

1 Données 2012. INcA, Les cancers en France/Edition 2014.
____________________________