Quels sont les facteurs de risques d'un mélanome ?
Les UV sont les principaux responsables de mélanome :

  • 70% des cas sont liés à des expositions excessives (coups de soleil importants) dans le passé [1].
  • 5 à 10% concernent plutôt les personnes de plus de 50 ans à la suite d’expositions répétées aux rayons ultraviolets [1].

L’immunosuppression représente un autre facteur de risque exogène important [6].

Il existe également de nombreux facteurs endogènes ou prédispositions au mélanome comme [4] :

  • les antécédents familiaux ou personnels de mélanome ;
  • les grains de beauté (ou nævus) atypiques et/ou nombreux ;
  • le phototype cutané, c’est-à-dire le type de peau (blanche, mate, noire…).

Quelles sont les complications possibles ?Les cellules cancéreuses peuvent se détacher de la tumeur et emprunter les vaisseaux sanguins ou les vaisseaux lymphatiques pour aller envahir d’autres parties du corps comme les ganglions lymphatiques proches de la tumeur, les poumons, le foie, la peau ou le cerveau. Les nouvelles tumeurs qui se forment alors s’appellent des métastases [1].

Bien que les chances de survie à 5 ans soient réduites à 54% si les ganglions lymphatiques sont touchés, le pronostic reste excellent pour les mélanomes pris en charge précocement et traités correctement [8].

Sources
[1] Les traitements du mélanome de la peau, collection Guides de référence Cancer info, INCa, octobre 2010.
[4] « Rayonnements ultraviolets et risques de cancer » : Direction de la santé publique, département prévention, Institut National du Cancer, juillet 2010, www.e-cancer.fr accédé le 10/10/11.
[6] van Leeuwen MT, Webster AC, McCredie MR, et al. Effect of reduced immunosuppression after kidney transplant failure on risk of cancer : population based retrospective cohort study. BMJ 2010 ;340:c570. doi : 10.1136/bmj.c570.
[8] Eigentler TK, Caroli UM, Radny P, Garbe C. Palliative therapy of disseminated malignant melanoma : a systematic review of 41 randomised clinical trials. Lancet Oncol 2003 ;4:748-59.