Comment traiter l'hépatite C ?

Le traitement a deux objectifs [11]: il permet de faire disparaître le virus (on parle alors de guérison virale) et de protéger le foie afin de diminuer l’activité de la maladie et ralentir, arrêter, voire faire régresser la fibrose du foie. Plusieurs précautions peuvent être prises pour protéger son foie contre d’autres agents néfastes [12]:
  • Réduire ou arrêter sa consommation d’alcool, si besoin au moyen d’un accompagnement spécifique.
  • Prendre l’avis d’un professionnel de santé avant toute consommation de nouveaux médicaments ou de plantes.
  • Perdre du poids en cas de surpoids ou d’obésité, grâce à une alimentation saine et équilibrée et à la pratique d’une activité physique régulière.
Les traitements contre l’hépatite C sont de plus en plus efficaces.
Depuis plusieurs décennies l’association de plusieurs médicaments, l’interféron alpha, la ribavirine puis les antiprotéases [13], a permis de faire disparaître le VHC chez environ la moitié des patients, mais au prix d’un traitement prolongé (de 6 à 12 mois) et souvent mal toléré [13].

Une nouvelle génération de médicaments anti-viraux à action directe (AAD) est aujourd’hui disponible [13]. La décision de traiter les patients par les AAD, les modalités de prise en charge et leur suivi doivent être pris en concertation entre les médecins.

Il est essentiel que le médecin traitant fasse le lien avec les professionnels de santé qui prendront en charge le patient atteint d’hépatite C, et faciliteront son accès au soin et au traitement. Sources
[11] Haute Autorité de Santé. La prise en charge de votre maladie, l’hépatite chronique C. vivre avec une hépatite chronique C. Avril 2007. P5.
[12] Haute Autorité de Santé. Place des tests rapides d’orientation diagnostique (TROD) dans le dépistage de l’hépatite C. Février 2013. P31-32.
[13] Haute Autorité de Santé. Recommandation du collège - Prise en charge de l’hépatite C par les médicaments anti-viraux à action directe (AAD). Juin 2014. P7.