Qu’est-ce qu’une fibrillation atriale ?

La fibrillation atriale – ou fibrillation auriculaire – est une maladie qui accélère le rythme du cœur et le fait battre de manière irrégulière. On parle de fibrillation « auriculaire » car ce sont les oreillettes (cavités supérieures du cœur) qui sont concernées : elles vont se contracter de façon anarchique et vont entraîner également la contraction rapide et irrégulière des ventricules, cavités cardiaques situés juste en-dessous des oreillettes [1].

En temps normal, le rythme du cœur au repos est de 60 à 100 battements par minute. En cas de fibrillation atriale, le rythme peut dépasser 150 battements par minute. Ces troubles peuvent survenir :
  • par épisodes, qui durent parfois plusieurs jours, entre lesquels le rythme du cœur est régulier
  • ou être permanents (l’irrégularité des contractions cardiaques est alors constante)

Quelles sont les causes de la fibrillation atriale ?

La fibrillation auriculaire est le trouble du rythme cardiaque le plus fréquent [2] et concernerait entre 600 000 et 1 million de personnes en France [3]. Sa fréquence augmente avec l’âge : 6% de risque à 65 ans, près de 10% après 80 ans, voire 18% après 85 ans [3]. Dans la grande majorité des cas, la fibrillation auriculaire survient dans un contexte de maladie cardiovasculaire sous-jacente : hypertension artérielle, insuffisance cardiaque, maladie des artères coronaires… D’autres maladies augmentent également le risque de développer ce trouble : l’hyperthyroïdie, l’obésité, le diabète, les maladies rénales chroniques [1].

Sources
[1] Site internet de l’Assurance Maladie : dossier « Fibrillation auriculaire ». Page Définition et facteurs favorisants. Accessible à l’adresse : http://www.ameli-sante.fr/fibrillation-auriculaire/fibrillation-auriculaire-definition-et-facteurs-favorisants.html, dernier accès le 06/01/2015.
[2] Mabo P. et al. Fibrillation atriale, description de la prise en charge par les cardiologues, étude observationnelle. Résultats de l’étude Factuel. Annales de Cardiologie et d’Angéiologie, 2009 ; 58 : 151–158
[3] Charlemagne A et al. Epidemiology of atrial fibrillation in France: Extrapolation of international epidemiological data to France and analysis of French hospitalization data. Archives of Cardiovascular Disease, 2011 ; 104: 115-124